Les Passants de Lisbonne – Philippe Besson …

Les passants de Lisbonne c’est l’histoire d’une rencontre, Philippe Besson nous fait découvrir  la rencontre de deux personnes attirées l’une vers l’autre comme des aimants et ayant tous deux subi la disparition d’un être aimé. Les sentiments sont exposés de façon très juste, la narration est sublime, les dialogues intéressants, aucun mot n’est superflus, aucun mot n’est en trop. On alterne le point de vue de l’homme et de la femme. C’est elle qui va commencer à raconter son deuil, la disparition de son mari dans le tremblement de terre de San Francisco. Elle va raconter son déni, son désarroi puis le sentiment d’abandon et de solitude qui la submerge. Lui va d’abord l’écouter pour ensuite partager également sa peine. Ils ont tous les deux perdus l’être auquel ils tenaient le plus et vont apprendre à se connaitre à travers le partage de leur tristesse.

IMG_20170728_154901_532

Elle est venu à Lisbonne pour faire le vide, lui vivait là avec la personne qu’il aimait, ils vont se demander maintenant si pour eux il est possible encore de retrouver un jour le bonheur tel qu’ils l’ont connu.

« Il est persuadé […] que chaque individu se voit attribuer une occasion de bonheur, une seule »

Mais vont aussi se dire, ce qui m’a beaucoup touché, qu’il n’y a pas de degrés dans la douleur, qu’une peine n’est pas plus ou moins forte qu’une autre, « car la malheur des autres ne console en rien notre propre peine ».

Ce sont des abandonnés, des délaissés et ça se ressent d’autant plus par le choix du cadre et de l’atmosphère du roman, à part eux tout est occulté, on est centré sur ce couple, sur leurs discussion, on ne découvre pratiquement rien de Lisbonne, rien de leur environnement, on est concentré sur leur chagrin et sur leurs sentiments.

« Ainsi nous avons cela en commun, un disparu »

Un petit livre qui nous laisse plein de sentiments, qui nous donne envie de profiter de chacun instant avec nos proches et les êtres aimés.  Un petit livre sur le deuil et la perte à découvrir.

couv56306789

Résumé:

« On ne renonce jamais vraiment, on a besoin de croire que tout n’est pas perdu, on se rattache à un fil, même le plus ténu, même le plus fragile. On se répète que l’autre va finir par revenir. On l’attend. On se déteste d’attendre mais c’est moins pénible que l’abandon, que la résignation totale. Voilà : on attend quelqu’un qui ne reviendra probablement pas. » Hélène a vu en direct à la télévision les images d’un tremblement de terre dévastateur dans une ville lointaine ; son mari séjournait là-bas, à ce moment précis. Mathieu, quant à lui, a trouvé un jour dans un appartement vide une lettre de rupture. Ces deux-là, qui ne se connaissent pas, vont se rencontrer par hasard à Lisbonne. Et se parler. Une seule question les taraude : comment affronter la disparition de l’être aimé ? Et le manque ? Au fil de leurs déambulations dans cette ville mélancolique, dont la fameuse saudade imprègne chacune des ruelles tortueuses, ne cherchent-ils pas à panser leurs blessures et à s’intéresser, de nouveau, aux vivants ?

Auteur: Philippe Besson
Parution: Janvier 2016
Éditions: Julliard (Mon édition: 10/18
Genre: Contemporain
Pages: 192

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s