Book Haul – Juillet 2017…

Pour ce mois-ci j’étais très tenté par de court romans, j’ai envie de découvrir de nouveaux auteurs sans pour autant me risquer à lire des gros pavés, et partant très prochainement en vacances prolongées j’ai plutôt envie de lire des livres qui seront rapidement finis plutôt de commencer une lecture sans être sûre de la finir. J’ai, en plus, l’impression que ma bibliothèque ne contient que des gros pavés, mais parfois ça fait du bien aussi de lire des romans courts. Parfois il suffit de quelques pages pour se laisser emporter.

Voici donc pour ce mois mes dernières acquisitions:

  • La Couleur du Lait de Nell Leyshon

J’y vais les yeux fermés pour celui-ci me laissant totalement emporter par le résumé. J’adore les récits de famille historique, les drames familiaux et celui-ci à l’air d’être particulièrement sombre.

couv37457821

Résumé :

En cette année 1831, Mary, une fille de 15 ans entame le tragique récit de sa courte existence : un père brutal, une mère insensible et sévère, en bref, une vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset. Simple et franche, lucide et impitoyable, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu’on l’a envoyée travailler chez le pasteur Graham, afin de servir et tenir compagnie à son épouse, femme fragile et pleine de douceur. Elle apprend avec elle la bienveillance, et découvre avec le pasteur les richesses de la lecture et de l’écriture.. mais aussi l’obéissance, l’avilissement et l’humiliation. Finalement, l’apprentissage prodigué ne lui servira qu’à écrire noir sur blanc sa fatale destinée. Et son implacable confession.

  • Les Passants de Lisbonne de Philippe Besson

En ce moment j’entends beaucoup parler de cet auteur, j’avais envie de le découvrir et le résumé de cette rencontre pleine de promesse m’a séduite.

couv56306789

Résumé:

« On ne renonce jamais vraiment, on a besoin de croire que tout n’est pas perdu, on se rattache à un fil, même le plus ténu, même le plus fragile. On se répète que l’autre va finir par revenir. On l’attend. On se déteste d’attendre mais c’est moins pénible que l’abandon, que la résignation totale. Voilà : on attend quelqu’un qui ne reviendra probablement pas. » Hélène a vu en direct à la télévision les images d’un tremblement de terre dévastateur dans une ville lointaine ; son mari séjournait là-bas, à ce moment précis. Mathieu, quant à lui, a trouvé un jour dans un appartement vide une lettre de rupture. Ces deux-là, qui ne se connaissent pas, vont se rencontrer par hasard à Lisbonne. Et se parler. Une seule question les taraude : comment affronter la disparition de l’être aimé ? Et le manque ? Au fil de leurs déambulations dans cette ville mélancolique, dont la fameuse saudade imprègne chacune des ruelles tortueuses, ne cherchent-ils pas à panser leurs blessures et à s’intéresser, de nouveau, aux vivants ?

  • Gabriel Garcia Marquez

J’avais absolument adoré sa créativité et son talent dans « Cent ans de Solitude » (il s’agit d’ailleurs de mon tout premier article sur ce blog) et j’avais très envie de le redécouvrir, « Cent ans de Solitude » s’apparente à un conte et j’avais envie de relire des romans de cet auteur toujours sur le même genre.

De L’Amour et Autres Démons

couv35527269

Résumé:

En 1942, au cours de travaux dans un couvent d’Amérique latine, sont mis au jour les restes d’une adolescente, Sierva Maria de Todos Los Angeles. Sa splendide chevelure mesure vingt-deux mètres de long… Le romancier du Général dans son labyrinthe aurait-il tiré cette étrange découverte de sa flamboyante imagination ? Réelle ou fictive, en tout cas, elle est le point de départ d’une singulière histoire d’amour, dans le cadre joyeux, coloré, décadent de Carthagène des Indes, au milieu du XVIIIe siècle. Fille unique du marquis de Casalduero, Sierva Maria a douze ans lorsqu’elle est mordue par un chien couleur de cendre, portant une lune blanche au front. Soupçonnée de rage ou de possession diabolique, enfermée au couvent par l’Inquisition, elle vivra avec son exorciste, Don Cayetano Delaura, une passion folle, destructrice, forcément maudite…

Douze Contes Vagabonds

couv2645895

Résumé:

Une femme prise en auto-stop par l’autobus d’un asile d’aliénés se retrouve enfermée. Un Colombien fait le siège du Vatican avec le cadavre imputrescible de sa fille, qu’il voudrait faire béatifier. Dix-sept Anglais sont empoisonnés à Naples par une soupe aux huîtres… Le romancier de L’Amour aux temps du choléra, prix Nobel de littérature, se montre aussi souverain dans la brièveté que dans l’épopée. Chacune des nouvelles de ce livre nous entraîne en quelques pages au coeur de situations ahurissantes, où le  » réalisme magique  » cher à l’écrivain colombien imprègne tour à tour Vienne, Naples, Genève, Barcelone…

  • Un Don de Toni Morisson

Un auteur à succès qui a beaucoup écrit sur la colonisation et la traite des esclaves, des thèmes que j’adore lire et un auteur que je voulais découvrir depuis longtemps.

couv63378870

Résumé:

Dans l’Amérique du XVIIe siècle, celle des vastes étendues et des territoires vierges, Blancs, Noirs, Indiens subissent encore la même oppression. Jacob, un négociant anglo-néerlandais vit avec sa femme Rebekka en Virginie. Lorsqu’il se rend chez un planteur de tabac qui lui doit une forte somme, ce dernier ne pouvant le payer, lui propose une esclave. En dépit du mépris qu’il a pour ce système, Jacob accepte de prendre avec lui Florens, une enfant noire de huit ans. Elle formera avec Lina, seule survivante de sa tribu indienne et Sorrow, une adolescente blanche, un surprenant trio de domestiques. Roman polyphonique, Un don traverse l’Amérique des origines, transcende les genres, bouleverse.

  • Le Vieux qui lisait des Romans d’Amour de Luis Sepulveda

Le titre est je pense assez éloquent sur le thème du roman et moi ça m’a tout de suite intriguée.

couv32497459

 

Résumé:

Lorsque les habitants d’El Idilio découvrent dans une pirogue le cadavre d’un homme blond assassiné, ils n’hésitent pas à accuser les Indiens de meurtre. Seul Antonio José Bolivar déchiffre dans l’étrange blessure la marque d’un félin. Il a longuement vécu avec les Shuars, connaît, respecte la forêt amazonienne et a une passion pour les romans d’amour. En se lançant à la poursuite du fauve, Antonio José Bolivar nous entraîne dans un conte magique, un hymne aux hommes d’Amazonie dont la survie même est aujourd’hui menacée.

  • #Girlboss de Sophia Amoruso

Un livre (en VO) inspirant sur une femme qui est partie de rien et à fonder son entreprise, ça peut donner des idées, en tout cas ça motive à se donner les moyens de réussir ce qu’on souhaite entreprendre !

couv51169565

Résumé:

Sophia Amoruso n’était pas forte en maths. Elle n’a pas fréquenté les prestigieuses universités dont sont issus la plupart des patrons de la Silicon Valley. Pour tout vous dire, Sophia Amoruso était même un cancre, plutôt porté sur les fêtes et les copains que sur les études dont elle décroche à dix-sept ans pour mener une vie de patachon. Mais, après un petit boulot mortifère et quelques déboires avec la police, Sophia décide de mettre le paquet sur son passe-temps favori : dénicher des vêtements vintage dont elle habille ses copines pour en « faire des looks » postés sur les réseaux sociaux. Les commandes pleuvent. Huit ans plus tard, Sophia Amoruso génère 74 millions d’euros de revenus sur son propre site de vente en ligne, Nasty Gal. Ou comment une adolescente rebelle est devenue une femme d’affaires de trente ans à la tête d’une entreprise de plus de quatre cents personnes. Sophia Amoruso est née en 1984 à San Diego. Elle n’a que vingt-deux ans et aucun diplôme lorsqu’elle lance Nasty Gal, une e-boutique de vêtements vintage. Véritable visionnaire de la vente en ligne, elle est en passe de devenir une icône culturelle, qui, partie de rien, est parvenue à fonder un empire. Dans #GirlBoss, elle révèle la manière dont elle s’est imposée en tant que femme d’affaires et distille de précieux conseils à toutes celles qui souhaitent prendre leur vie en main.

  • Ma Cousine Rachel de Daphné du Maurier

Une auteur également que je souhaitait découvrir avec « Rebecca » mais finalement le résumé de « Ma Cousine Rachel » m’a plus inspiré, l’adaptation cinématographique va bientôt sortir donc j’espère pouvoir lire le roman avant.

images

Résumé:

Philip, sans la connaître, déteste cette femme que son cousin Ambroise, avec lequel il a toujours vécu étroitement uni dans leur beau domaine de Cornouailles, a épousée soudainement pendant un séjour en Italie. Quand Ambroise lui écrira qu’il soupçonne sa femme de vouloir l’empoisonner, Philip le croira d’emblée. Ambroise mort, il jure de le venger. Sa cousine, cependant, n’a rien de la femme qu’imagine Philip. Il ne tarde pas à s’éprendre d’elle, à bâtir follement un plan d’avenir pour finir par buter sur une réalité de cauchemar. Ce don du suspense psychologique, que le nombreux public de la célèbre romancière anglaise lui reconnaît dans chacune de ses oeuvres, est particulièrement présent dans Ma cousine Rachel.

  • Nutshell de Ian McEwan

Je trouve l’histoire très original: la narration d’un fœtus et j’ai vu ce livre tellement de fois en librairie que j’ai fini par craquer, je le lirai par contre en VO.

couv55676975

Résumé:

À l’étroit dans le ventre de ma mère, alors qu’il ne reste plus que quelques semaines avant mon entrée dans le monde, je veille. J’entends tout. Un complot se trame contre mon père. Ma mère et son amant veulent se débarrasser de lui. La belle, si belle Trudy préfère à mon père, John, poète talentueux en mal de reconnaissance et qui pourtant l’aime à la folie, cet ignare de Claude. Et voilà que j’apprends que Claude n’est autre que mon oncle : le frère de mon père. Un crime passionnel doublé d’un fratricide qui me fera peut-être voir le jour en prison, orphelin pour toujours ! Je dois les en empêcher. » Il y a quelque chose de pourri au royaume d’Angleterre du XXIe siècle? Après L’intérêt de l’enfant, Ian McEwan n’en finit pas de surprendre et compose ici, dans un bref roman à l’intensité remarquable, une brillante réécriture d’Hamlet in utero.

  • How to be a Woman de Caitlin Moran

Il a fait partie de la sélection de Emma Watson pour le #Oursharedshelf et il était disponible à prix réduit dans ma librairie (en VO) donc pourquoi pas:

couv46008797

Résumé:

Il n’a jamais été aussi facile d’être une femme : on a le droit de vote, la pilule, et depuis 1727 personne ne nous a fait de procès pour sorcellerie. Cependant, quelques questions agaçantes persistent : pourquoi doit-on se faire épiler le maillot en ticket de métro ? Quelle position adopter face au Botox ? Est-ce que les hommes nous haïssent secrètement ? Pourquoi les soutiens-gorge font si mal ? Et pourquoi tout le monde veut savoir quand on fera un bébé ? Moitié mémoires, moitié coup de gueule, Comment peut-on (encore) être une femme ? répond à ces questions tout en nous racontant l’adolescence, le boulot, les strips clubs, l’amour, les kilos en trop, le shopping, l’avortement, la maternité et bien plus encore.

 

A bientôt pour de nouvelles acquisitions,

Emma.

Publicités

4 réflexions sur “Book Haul – Juillet 2017…

  1. Coucou ! J’ai beaucoup aimé ton Book Haul et c’est vrai que ça fait parfois du bien de lire des romans courts (par contre, si tu tombes sur un roman qui te plaît pas, ils ont parfois l’air beaucoup plus long qu’un pavé de 500pages 😂) ! Le résumé du premier roman donne vraiment envie, tu as raison !
    Bonnes lectures 📖

    J'aime

  2. Pingback: Bilan Juillet 2017 … | Emma's Books

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s