Delirium – Tome 1 …

La « deliria », la maladie de l’amour, est un véritable fléau dans cette société. Le gouvernement a enfin trouvé un remède pour les individus, à 18 ans ils se font opérés pour leur retirer tous désirs amoureux. Finit les moments où on perd la tête, où on se met à rêver d’un beau coucher de soleil et oùon écoute de la douce musique. Finit les moments où on se sent comme enivrés, on se sent pousser des ailes. Grâce au traitement les individus ne ressentent plus l’amour, on ne ressent plus les moments de perdition et les moments de tristesses, les moments de dépression qui poussent parfois les gens au suicide. Lena, à bientôt 18 ans, est très contente de pourvoir subir cette opération, et de pouvoir passer le test qui permettra au gouvernement de lui imposer un mari en fonction de ses résultats à l’épreuve. Mais le jour de l’épreuve un incident imprévu va remettre tout en question.

Je trouve que c’est une dystopie young-adult très rafraichissante et qui change. Lena est embrigadée dans ce mode de fonctionnement et de pensée, au début j’ai trouvé assez innovant qu’elle ne remette pas en question la société et qu’elle souhaite plus que tout subir cette intervention et qu’on lui impose un mari. C’est intéressant pour une fois de voir une héroïne qui au début ne remet pas du tout au cause sa condition et se laisse porter par les évènements

J’ai beaucoup aimé les descriptions de la « deliria », une description de l’amour comme d’une maladie contagieuse, une maladie mortelle qui rend les gens complétement fou. Une fois qu’ils sont touchés par la « deliria » il n’y a plus de machine arrière, on ne peut plus arrêter la maladie.

Dans cette société, toute forme de plaisir quel qu’il soit est  proscrit, la police tabasse et emprisonne tous les contrevenants. Les individus non opérés n’ont pas le droit de se réunir à plusieurs, les jeunes filles n’ont pas le droit de se retrouver seules en présence d’un jeune garçon, ils doivent respecter un couvre-feu, ne pas écouter de la musique trop forte et qui ne serait pas autorisée par le régime.

Le début traine un peu en longueur et nous donne envie de sauter des pages ou limite d’arrêter la lecture mais la suite s’emballe et  donne vraiment envie de se plonger dans la suite.

Il y a 3 tomes à la série ainsi que d’autres volumes « compagnons ».

590a1cab-db81-4771-a1ca-105b0b7ea7fe

Auteur: Lauren Olivier
Parution: 2011
Éditions: Hachette
Genres: Young-Adult, Science-Fiction
Pages: 452

Publicités

Une réflexion sur “Delirium – Tome 1 …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s