Leçons pour une Jeune Fauve …

Auteur: Michela Murgia
Parution: Janvier 2017
Editions: Du Seuil
Genre: Contemporain
Pages: 262

4etoiles

Un grand merci aux Editions du Seuil et à Babelio pour la très belle découverte!

img_20170202_165718

À notre époque, en Italie dans la ville céleste de Cagliari, Eleonora est une jeune comédienne d’une trentaine d’année, jeune femme accomplie, elle aime la compagnie de jeunes garçons à qui elle apprend les rudiments de la vie, de la morale, du comportement et de l’habillement. Par la finesse de l’écriture de l’auteure, on nous dépeint les relations entre Eleonora et ces jeunes hommes et notamment Chiru, jeune musicien de 17 ans qu’elle va prendre sous son aile.

Cityscape, Cagliari, Sardinia, Italy

Cagliari – ITALIE

 

L’écriture de l’auteure est très belle, très mature, très travaillée où chaque mot est réfléchit, pesé, chaque phrase est nécessaire, à un sens, une valeur. L’auteure a cette capacité à nous intéresser en racontant des choses simples, de manière très élégante, raffinée et sans prétention.

Le personnage principal Eleonora a une personnalité plutôt tourmentée, mystérieuse. Jeune fille très capricieuse, et déjà dès le plus jeune âge, très intelligente et mature, elle a eu pendant toute son enfance une relation très compliquée avec ses parents. Très durs et exigeants, ils lui ont inculqué des valeurs rigides, donneurs de leçons, chaque souvenir de son enfance a été une souffrance pour elle, une épreuve qu’elle devait franchir. J’ai beaucoup aimé les passages où elle nous narre son enfance, racontés de façon très adulte et très sensible, elle nous dépeint les caprices d’une petite fille malicieuse, intelligente et pragmatique, soumise à une discipline de fer, elle nous raconte également les relations très distantes avec son frère. Ses parents ne l’ont jamais vraiment tenu en estime et cette relation distante et froide a marqué la personnalité de la jeune femme.

« Or quand je fus recalée à l’examen de technique bancaire, papa décréta que j’étais aussi limitée sur le plan intellectuel : cette matière était tellement stupide qu’il fallait être encore plus stupide pour ne pas obtenir la moyenne »

Elle entretient une relation étrange avec les jeunes hommes qu’elle fréquente, une relation inqualifiable, dans laquelle elle s’efforce à les éduquer, leur apprendre les subtilités de la vie, de l’habillement, des relations sociales, du comportement en société. Ces jeunes hommes généralement mineurs, ont beaucoup d’admiration pour Eleonora, la considère comme une mère, un professeur, ou une maitresse, et même si ces relations peuvent heurter la morale, ce ne sont pas des relations charnelles, mais au contraire tout en finesse et admiration.

Dans son roman ce n’est pas seulement Chiru qui reçoit des leçons mais le lecteur également, ma lecture ne m’a pas laissé indifférentes aux nombreux passages moralistes ou conseils avisés, en lisant ce livre, nous aussi on prend des leçons d’éducation.

« La seule chose qui importe à ce genre d’homme, c’est que ta compréhension des choses n’excède pas la sienne »

« Tu me demande toujours quand je reviens, mais seuls reviennent ceux qui n’ont pas changé depuis leur départ. »

«  On peut mentir pour se protéger, mais aussi pour protéger l’autre de fardeaux qu’il n’est pas à même de porter »

Chiru est un jeune homme qui séduit Eleonora par sa personnalité et qui nous séduit également, malgré son jeune âge on admire sa naïveté et sa désinvolture. Il est téméraire, effronté, familier et impudent et Eleonora va se voir en lui, c’est un jeune homme ambitieux qui aspire à vivre une vie qui lui parait plus belle, ils auront une relation de maître à élève, une relation ambiguë. Il va observer et découvrir la vie que Eleonora va lui proposer, lui apprendre, en toute naïveté, avec beaucoup d’intelligence et une pointe d’humour.

Il y a beaucoup de passages qui m’ont marqué par la beauté de l’écriture et le sentiment qu’ils m’ont procuré, j’en ai mis quelques-uns au-dessus et en voici un autre pour exemple :

« Tu es riche, cela se voit aux vêtements que tu portes, des vêtements couteux même pour quelqu’un qui n’y comprend rien, comme moi. Cela ne t’empêche pas de te croire laide : tu ne mets jamais de jupe courte, tu ne montres jamais ton décolleté… Tu n’as pas envie d’attirer l’attention sur ton corps. Tu es seule, et non parce que tu n’as pas d’alliance. Cela se voit à ta façon de marcher, tu n’as pas de pensée excitante qui t’amène à tortiller du cul comme les filles quand elles vont à un rendez-vous important. Les gens t’ennuient. Tu ne regardes pas les vitrines, tu n’observes pas les passants, rien ou presque ne t’amuse. Quand tu souris, tout cela disparaît, puis tout revient après. Tu es malheureuse, mais d’un malheur qui te va bien… »

En gros, un très beau roman, surtout grâce au style et à l’écriture de l’auteur, j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire et à savourer chaque ligne, c’est un livre qui s’apprécie, où il n’y a pas de surprise mais c’est un livre qui nous demande juste de nous laisser embarquer par la beauté du texte. Dans ce roman le lecteur apprend, écoute ou plutôt lit les conseils et l’expérience d’Eleonora.

Ma Note: 15/20

Publicités

Une réflexion sur “Leçons pour une Jeune Fauve …

  1. Pingback: Book-Haul – Février 2017 | Emma's Books

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s