Six Jours – Un Roman d’une Rare Violence..

Auteur : Ryan GATTIS
Parution: 2015
Editions: Fayard
Genre: Drame
Pages: 432

5etoiles

Pour planter un peu le décor il faut savoir que Los Angeles est une ville où plus de 180 nations sont représentées et plus de 90 langues y sont parlés. Les États-Unis actuellement font face à une vague de contestation contre des arrestations à tendance raciales par des policiers, celle qui nous est racontée ici est l’arrestation de Rodney King jeune black américain et son passage à tabac par des policiers blancs en 1992. S’en est suivi un procès où les policiers ont été acquittés ce qui a engrangé une forte contestation de la population face à cette injustice et de violentes émeutes dans toute la ville. Les policiers débordés n’ont pas pu maintenir l’ordre et la ville a souffert de 6 jours de violence inouïe. Étant donné les actualités je ne pouvais pas ne pas m’intéresser à ce roman qui a fait beaucoup de bruit à sa sortie.

« C’est la fête à L.A., c’est Rock and Roll à L.A. »

Ce livre se résume en quelques mots : guerres des gangs, violences, émeutes, mais le contenu est beaucoup plus riche. C’est un roman très puissant à différentes facettes. Dès le début on est face à une vengeance, un règlement de compte d’un gang face à un autre, et la violence de la scène nous encre directement dans l’ambiance du roman. J’ai eu peur au début que ce ne soit que ça, mais il y a beaucoup plus. Petit à petit on découvre le malheur qu’ont subi et que subissent ces gens, on ne fait pas seulement face à des personnages sans foi ni loi, ce sont des personnages qui  ont eu le malheur de grandir dans un quartier pas facile et qui font tout pour essayer de s’en sortir.

Sous fond d’émeute, à travers 13 points de vue, on voit défiler 6 jours, 6 jours de règlement de compte où les gangs des mexicains profitent de la pagaille ambiante pour régler leurs vieilles rancoeurs. En lisant la 4ème de couverture je pensais qu’il y aurait des explications sur le passage à tabac de Rodney King, sur le déroulement du procès, sur les émeutes mais il n’y a rien de tout ça, on sait que c’est en cours mais on nous narre autre chose. Les 13 points de vue s’enchaînent très bien, les 13 personnages se donnent le relais pour nous raconter les évènements des 6 jours et s’est passionnant. On passe de scènes violentes à des scènes un peu plus banales, les personnages nous en disent beaucoup sur leur passé, comment ils en sont venus là où ils sont. J’ai beaucoup aimé les passages explicatifs sur les « blazes », les surnoms des personnages qui sont souvent caractéristiques de leur personnalité ou d’un événement marquant de leur passé (Clever pour son intelligence, Apache car il a scalpé un mec, Momo qui vit dans les motels, Trouble qui cherche les problèmes …)

Quelques scènes sont d’une rare violence et m’ont hérissé le poil, m’ont fait arrêter ma lecture pour me remettre un peu de cette cruauté, l’écriture est assez violente, les descriptions brutales, peuplés de mot en espagnol (qui n’enlève rien à la compréhension du texte) mais il n’y a pas que ça. Derrière ces personnages de « quaïds » se cachent des gens qui souffrent, qui ont le cœur déchiré, qui ne savent plus où ils en sont, qui veulent tout faire pour s’en sortir mais qui sont pris dans un cercle vicieux où « qui joue paye ».

Ce roman est aussi politique et nous révolte pour plusieurs choses : on nous parle du 2nd amendement de la Constitution Américaine qui autorise les individus à porter des armes et se défendre tous seuls (ce qui est bien sûr une catastrophe dans ce roman où tout le monde tue tout le monde et tout le monde cherche à se venger). On fait face aussi à l’injustice du système, pour ce qui est du procès de Rodney King mais aussi car les policiers ont des priorités assez étonnantes dans le livre, qui nous révoltent. Mais aussi une injustice, face aux pompiers qui sont là pour aider les populations et qui se font tabasser par les individus qu’ils souhaitent aider.

Pour résumer mon avis : un roman très violent, très puissant, qui nous révolte, qui nous prend aux tripes, bref un très, très bon roman !

Ma Note: 18/20, très proche du coup de cœur

Publicités

3 réflexions sur “Six Jours – Un Roman d’une Rare Violence..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s