La Petite Fille qui avait avalé un Nuage grand comme la Tour Eiffel – Romain Puertolas

5etoiles

« – Je ne veux pas d’effets de théâtre Mr TRUC

– Je m’appelle MACHIN »

4ème de couverture:

Alors que la jeune et jolie factrice parisienne Providence Dupois s’apprête à partir en Afrique chercher ce qu’elle a de plus précieux au monde, un volcan islandais se réveille, paralysant l’ensemble du tarif aérien européen. D’aéroports en monastères, commence alors pour elle le plus haletant et le plus prodigieux des voyages.

 » elle pleura encore plus lorsqu’elle s’aperçut qu’en guise de sac à main, elle portait au bras un sac en plastique de Carrefour rempli de détritus » . « on descend les poubelles et puis finalement on les emmène en voyage avec nous »

Résumé:

Après avoir eu une crise d’appendicite lors de ses vacances au Maroc, Providence Dupois, jeune factrice parisienne a dû se faire hospitaliser sur place. Elle y rencontre Zahera, jeune fille orpheline souffrant de Mucoviscidose depuis sa naissance. Zahera compare sa maladie à un gros nuage dans la poitrine qui l’oppresse et l’empêche de respirer. Elle passe ses journées dans l’hôpital dans l’attente d’une greffe de poumons. La jeune femme et l’enfant se lient d’un lien d’amour puissant, et Providence reviendra souvent voir l’enfant avant de décider définitivement de l’adopter et de la ramener en France.

 » l’espoir revint à Providence […] et avec lui la force de déplacer les montages. Elle commença donc par déplacer celles de plus petites tailles, qui lui servaient de fesses »

Alors que Providence s’apprête à prendre l’avion pour aller chercher Zahera et la ramener en France, un volcan islandais entre en éruption paralysant tout le trafic aérien. Providence cherchera alors, par tous les moyens, une solution pour rejoindre Zahera au Maroc. Ne pouvant pas prendre l’avion à cause du nuage, le train bondé par les voyageurs en colère, le RER qui jusqu’à maintenant ne va pas jusqu’au Maroc et sa 4L jaune de factrice qui est au garage, ni son vélo qui ne va pas assez vite, elle fera tout pour trouver le moyen de voler de ses propres ailes et rejoindre Zahera.

Dans son périple, et sans tout raconter, elle rencontrera un Chinois en Pyjama qui parle comme un pirate, un fakir dans le métro parisien (n’ayant pas lu « le fakir … dans une armoire Ikea », je pense qu’il s’agit du héros de ce roman), un marabout Africain portant un bonnet du PSG, des moines tibétains fans de Julio Iglesias, Obama, Hollande et même Poutine, plus vrais que nature, et bien d’autres encore.

 » si, exceptionnellement, la tartine tombe du côté non beurré, c’est qu’on a pas beurré le bon côté »

Avis:

C’est un livre fantastique, plein de magie et d’humour, on se laisse complètement porter par cette histoire rocambolesque, plus les actions paraissent insensées plus on y croit. On est bercé par cette douce magie. J’ai adoré la crédulité de Zahera et de Providence, l’humour attaché aux différents personnages que l’on rencontre. J’y ai appris beaucoup de choses, tant sur le plan moral, personnel mais aussi de la culture générale. Il a beaucoup d’allusion à notre société, l’actualité, la géopolitique que j’ai beaucoup apprécié.

On s’attache à Providence, qui est prête à tout pour obtenir ce qu’elle veut, son voyage est incroyable, je me suis sentie voyager avec elle, parmi les nuages, parmi les Berbers, via les odeurs des gens qu’elle rencontre (elle un don pour connaître les gens rien qu’en sentant leurs odeurs).

On s’attache beaucoup à Zahera qui « s’amuse » de sa maladie et qui a le courage d’en faire une force et de tout faire pour apprendre tout ce que la vie peut lui apprendre. Elle est curieuse de tout, très intelligente et débrouillarde, on aurait adoré être au près d’elle pour qu’elle nous apprenne tout ce qu’elle sait. Elle est une mine d’information et j’ai beaucoup aimé les passages qui nous narrent ses connaissances et ses expériences.

« Quand vous m’avez décrit le voyage, j’avais l’impression d’être avec elle dans les nuages »

Ce livre m’a beaucoup ému, c’est une lecture très agréable. Magique et fantastique. J’ai retenu beaucoup de citation qui m’ont fait rire, m’ont fait voyager.

« Je vais vous raconter la véritable fin de cette histoire Mr CHOSE »

J’ai été très étonné de la fin, je ne m’y attendais pas du tout, j’ai tellement voyagé avec Providence, tellement cru à cette histoire que je suis tombé dénue en lisant la fin. Mais comme j’adore les fins inattendues j’ai adoré celle ci.

Ma Note : 16/20

Publicités

Une réflexion sur “La Petite Fille qui avait avalé un Nuage grand comme la Tour Eiffel – Romain Puertolas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s