Le Maitre et Marguerite – Mikhail Boulgakov

 » En un mot, c’était un scandale affreux, malpropre, dégoûtant, révoltant, qui ne prit fin que lorsque la camionnette eut emporté loin des portes de Griboiédov le malheureux Ivan Nikolaiévitch, avec le milicien, Pantaléon et Rioukhine. »

Année de parution : entre 1927 et 1939

Œuvre majeur de la littérature russe du XXème siècle. A la fois histoire d’amour, critique politique et sociale, comédie burlesque et conte fantastique…

Le premier chapitre commence par une discussion entre deux, puis trois hommes, qui débâtent de l’existence ou pas de Jésus, l’auteur ne retrace pas les détails du débat mais surtout les réactions des personnages (ce qui est très bien que je ne voulais pas d’un livre entrant dans le débat religieux), cette conversation nous amène au récit du procurateur Pilate qui nous conte la condamnation à mort d’un mort, puis on revient à la discussion entre les trois personnages. Cette entrée en matière est assez surprenant mais l’histoire commence véritablement au troisième chapitre par la mort d’un des protagoniste prédit par le deuxième et qui mènera le troisième personnage vers un hôpital psychiatrique.

Ces premières scènes m’ont donné l’impression de suivre une pièce de théâtre loufoque avec les réactions exagérées des personnages et enchaînement des répliques. L’écriture est assez rapide et dynamique, j’avais peur de tomber sur une écriture plus dans le détail et soporifique mais je ne suis absolument pas déçu.

511xfjbUJwL__SX195_

4ème de couverture: 

Pour retrouver l’homme qu’elle aime, un écrivain maudit, Marguerite accepte de livre son âme au diable. Version contemporaine du mythe de Faust, transposé à Moscou dans les nnaées 1930, Le Maitre et Marguerite est une des histoires d’amour les plus émouvantes jamais écrites. Mikhail Boulgakov a travaillé sur son roman durant douze ans, en pleine dictature stalinienne, conscient qu’il n’aurait aucune chance de le voir paraître de son vivant. Ecrit pour la liberté des artistes et contre le conformisme, cet obet d’admiration universelle fut publié un quart de siècle après la mort de celui qui est aujourd’hui considéré comme l’égal de Dostoievski de Gogol et de Tchekhov réunis.

Après une 4ème de couverture comme celle là on ne peut plus résister!

Publicités

3 réflexions sur “Le Maitre et Marguerite – Mikhail Boulgakov

  1. Pingback: Mes Lectures | Emma's Books

  2. Pingback: Le Maitre et Marguerite – Emma's Books

  3. Pingback: Le Maitre et Marguerite – Emma's Books

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s